#12 · [Fil] Des lois extrêmes contre l'avortement se préparent

L'actualité a été dominée par l'abrogation de l'avortement. Il y a également eu une seconde nomination historique — cette fois-ci, à la Fed.

#12 · [Fil] Des lois extrêmes contre l'avortement se préparent

Chère abonnée, cher abonné,

le lancement de la version payante de L'Heure Américaine approche petit à petit. En attendant, je continue à vous offrir ces numéros du Fil. Bonne lecture !

Sans grande surprise, le Fil de cette semaine est dominé par la question de l'avortement. Comme vous le savez sans doute, la Cour suprême a en effet abrogé l'arrêté Roe vs Wade — qui garantissait au niveau fédéral un droit minimum à l'avortement s'appliquant partout dans le pays. Désormais, ce sont les états eux-mêmes qui vont légiférer sur l'avortement — et certains préparent déjà des lois très dures.

Il n'y a heureusement pas que de mauvaises nouvelles, avec une nomination historique à la Federal Reserve et le discours humoristique de Biden au dîner des correspondants de la Maison Blanche.

À bientôt sur L'Heure Américaine,
Olivier

Le Fil

La Louisiane va faire de l’avortement un homicide et un meurtre

De ce que je comprends, les personnes qui pratiquent l'avortement pourront être poursuivies pour homicide et les patientes elles-mêmes carrément pour meurtre. Je ne sais pas si cette loi rendra impossible de se faire avorter dans un autre État.

Une telle loi n’aurait jamais été possible sans l’abrogation de l’arrêt Roe vs Wade. Je présume que d’autres états contrôlés par les républicains vont bientôt voter ce type de loi, en plus des états où il y a déjà des trigger laws qui interdiront l'avortement à l'instant où l'arrêt Roe vs Wade sera formellement abrogé.

Ce sont des lois extrêmes qui sont, je le rappelle, guidées par des motifs religieux. Je le dis parfois au second degré, mais je m'interroge dans quelle mesure une partie des États-Unis n'est tout simplement pas une théocratie protestante.

L’impact de l’abrogation du droit à l’avortement sur les midterms semble pour le moment limité

Comment les électeurs américains vont réagir à la décision de la Cour suprême d’abroger le droit à l’avortement ? Jusqu’à présent, les midterms de novembre étaient plutôt défavorables pour les démocrates — et tout laisse à penser que la récente décision de la Cour suprême n’a pas spécialement changé le rapport de force, en tout cas pour le moment.

Dans un récent sondage publié par CNN, il y a certes des évolutions des attitude électorales — mais elles se retrouvent aussi bien du côté des électeurs républicains que des électeurs démocrates. Les républicains ont toujours un avantage important dans les intentions de vote — 47% contre 42%. Et manifestement, l’abrogation du droit de l’avortement ne mobilise pas beaucoup l’électorat démocrate.

Je serais toutefois un poil plus prudent : en l’état, la Cour suprême n’a pas formellement abrogé le droit à l’avortement. Le document qui a fuité la semaine dernière n’est qu’une version préliminaire. La décision sera officialisée dans les prochains mois, vraisemblablement avant l’été. Il n’est pas impossible que l’électorat réagisse à ce moment-là. D’autant que les démocrates pourront utiliser cette officialisation comme argument électoral majeur.

CNN poll: The Supreme Court’s draft opinion on Roe v. Wade hasn’t shaken the midterm landscape
Americans remain broadly opposed to overturning the Roe v. Wade decision that legalized abortion nationwide, according to a new CNN poll conducted by SSRS, following the leak of a draft Supreme Court opinion that would strike down the landmark ruling.

Trump bientôt de retour sur Twitter ?

Juste après l’insurrection séditieuse du Capitole, Twitter avait banni de manière permanente Trump en janvier 2021 — pour “incitation à la violence”. Le milliardaire sud-africain Elon Musk, propriétaire notamment de SpaceX et de Tesla, est en train de racheter Twitter.

Interrogé sur le ban permanent de Trump, ce dernier dit envisager d’y mettre un terme si son rachat de Twitter devait aller à son terme — ce qui semble probable à ce stade. Trump a depuis lancé son propre réseau social (Truth Social, qui est globalement un échec jusqu'ici) et dit de ne pas vouloir revenir sur Twitter. Mais il ne fait aucun doute que s’il devait récupérer son compte Twitter, il gagnerait massivement en audience.

Je ne critique pas les personnes qui s’inquiètent de ce que Musk ferait une fois à la tête de Twitter ; pour ma part, je préfère en l’état rester prudent. Il n’a pas encore formellement racheté Twitter, il n’en n’est pas encore le PDG et il peut changer d’avis d’ici là. Ça n’est pas comme si Musk avait une longue histoire d’annoncer des décisions qui ne se sont jamais concrétisées…

À suivre.

Elon Musk: “I guess I would” reverse Donald Trump’s Twitter ban
Musk calls alienating Trump and his followers a mistake.

Lisa D. Cook, première femme noire élue gouverneure de la Federal Reserve

Je mentionne rapidement l'information dans ce numéro, mais sachez que l'élection de Lisa au Board de la Fed sera le sujet du numéro de la semaine prochaine — que je publierai en collaboration avec L'Économiste Sceptique, ma newsletter sur la science économique, le scepticisme scientifique et l'économie de l'environnement.

En plus de travailler à mesurer les coûts économiques du racisme, Lisa a été la cible d'odieuses attaques racistes et misogynes alors que son CV est pourtant impeccable. Il y a donc beaucoup de choses à dire au sujet de son élection plus que méritée.

À titre plus personnel, elle m'a soutenu dans des moments compliqués où je me faisais attaquer par un économiste d'extrême droite sur Twitter. Je lui suis très reconnaissant de ce soutien et je ne peux que me réjouir de cette élection totalement méritée !

Et pour l'anecdote, elle parle français et a fait une partie de ses études à Strasbourg.

L’économiste Lisa Cook, première femme noire gouverneure de la Fed
Le Sénat américain a confirmé mardi la nomination au poste de gouverneure de la banque centrale américaine (Fed) de l’économiste Lisa Cook. Elle devient la première femme noire à occuper cette fonction, malgré l’opposition des républicains.

Retrouvez le discours de Biden au dîner des correspondants de la Maison Blanche

Chaque année depuis 1921 se tient à Washington le dîner des correspondants de la Maison Blanche. Les correspondants de la Maison Blanche sont les journalistes accrédités à la Maison Blanche. C'est un dîner où se mêlent journalistes et politiciens. La tradition veut que le président puis un comédien fassent chacun un discours humoristique au ton acide. Je sais que l'exercice est décrié, et en partie pour de bonnes raisons, mais si comme moi vous aimez ce type d'humour, vous y trouverez sans doute votre compte.

Contrairement à son prédécesseur qui avait boudé l'exercice (avant que les dîners ne soient annulés du fait de la COVID), Biden s'est prêté à l'exercice et a offert un discours d'une quinzaine de minutes que j'ai trouvé très drôle.

J'ai notamment retenu le moment où il explique que n'ont été invitées au dîner que des personnes ayant reçu trois doses du vaccin contre la COVID — et il enchaîne en rappelant que sont donc concernés les journalistes de Fox News. Pointant ainsi leur hypocrisie et leurs doubles standards, sachant que la chaîne ultra-conservatrice a participé à propager la désinformation sur le vaccin.

J'ai aussi trouvé très drôle cet autre moment, qu'il prononce au début de son discours :

This is the first time the president is attending this dinner in six years. It's understandable: we had a horrible plague followed by two years of COVID.

Ma traduction :

C'est la première fois en six ans qu'un président participe à ce dîner. C'est compréhensible : nous avons eu une horrible peste suivie par deux ans de COVID.

Malheureusement, je n'ai pas trouvé de version de son discours sous-titrée en français. Si vous ne comprenez pas l'anglais parlé, il faudra vous en remettre aux sous-titres générés automatiquement par YouTube.

Si vous voulez le discours de Trevor Noah, vous pouvez le regarder par ici (toujours sans sous-titres français) :

Ne manquez pas mes prochains numéros

Je m'abonne à la newsletter